';

Information

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut rhoncus risus mauris, et commodo lectus hendrerit ac. Nam consectetur velit et erat fermentum aliquet. In laoreet, sem sit amet faucibus pulvinar, purus tellus tincidunt ex.

Recent Posts

Agribashing
L’économie de marché finance-t-elle l’économie du don ?
Petit dictionnaire spéciste

Dans le cadre de ma recherche sur le spécisme, j’ai décidé de me livrer à un exercice de brainstorming sur les noms d’êtres non-humains qu’on utilise couramment pour exprimer quelque chose de péjoratif ou négatif chez les humains. L’usage de ces mots entretient et perpétue la pensée spéciste. Une liste édifiante, loin de l’exhaustivité, que je vous invite à compléter.

Je m’essaie à ne plus utiliser ces mots et expressions, mais parfois ma langue reprend les rails de la pensée dominante et je dois me corriger. Que mes amis non-humains me pardonnent.

Il existe aussi bien sûr des expressions positives utilisant des animaux (une vue d’aigle, une mémoire d’éléphant…), mais elles restent très minoritaires par rapport à celles employées pour dégrader les humains, et banaliser le rapport spéciste que nous entretenons avec les autres espèces.

  1. Ablette : individu chétif – taillé comme une ablette
  2. Âne : quelqu’un d’idiot, de pas intelligent – quel âne !
  3. Anguille : insaisissable, pas franc – visqueux comme une anguille
  4. Animal : personne au comportement “bestial”, d’inhumain – ce sont des animaux ; cet homme se comporte comme un animal
  5. Asticot
    1. Petit enfant
    2. Contrarier, taquiner, tracasser quelqu’un – il n’arrêtait pas de l’asticoter
  6. Autruche : se cacher par lâcheté – faire l’autruche
  7. Baleine : pour exprimer l’obésité – grosse comme une baleine
  8. Baudet : nom familier de l’âne, utilisé pour indiquer qu’on porte une charge lourde – être chargé comme un baudet
  9. Bécasse : femme peu intelligente – quelle bécasse celle-là !
  10. Bête, bestialité, bêtise :
    1. pour qualifier l’inhumanité – ce ne sont pas des hommes, ce sont des bêtes
    2. pour qualifier le manque d’intelligence, la sottise – t’es bête !
    3. pour qualifier une personne qui travaille beaucoup – une bête de somme
  11. Beurre : relatif à l’argent – le beurre et l’argent du beurre ; se faire du beurre
  12. Bique : une femme méchante ou sévère, qu’on imagine souvent surmaquillée – une vieille bique
  13. Blaireau : idiot, imbécile – tu me prends pour un blaireau ? ; quel blaireau ce mec !
  14. Bœuf :
    1. homme corpulent, épais
    2. personne brutale, sans nuances, stupide : quel bœuf ce mec !
    3. travailler trop, mal – travailler comme un bœuf
  15. Bouc :
    1. sentir mauvais – puer comme un bouc
    2. Personne à qui l’on attribue toutes les fautes – bouc émissaire
  16. Bourrique :
    1. personne sotte et entêtée
    2. rendre fou, énerver quelqu’un – faire tourner en bourrique
  17. Butor (petit oiseau échassier) : sot, grossier, maladroit – Butor !
  18. Canard : lié au froid – un froid de canard
  19. Chacal : tueur, charognard – ces chacals ne pensent qu’au profit
  20. Charognard : personne qui profite de la mort ou du malheur des autres – les charognards se sont jetés sur ses biens
  21. Chameau : personne méchante – méchant comme un chameau ; chameau va !
  22. Chat : avoir d’autres priorités – avoir d’autres chats à fouetter
  23. Cheval :
    1. avoir de la température – une fièvre de cheval
    2. le prendre de haut – monter sur ses grands chevaux
  24. Chèvre : rendre fou.folle – il m’a rendu.e chèvre
  25. Chien :
    1. Mauvais temps – un temps de chien
    2. Avoir une mauvaise vie, se faire maltraiter – une vie de chien ; se faire traiter comme un chien
  26. Chienne :
    1. femme de peu de vertu, moins que rien – Chienne !
    2. situation détestable – chienne de vie ; se faire traiter comme un chien
  27. Cobaye : sujet volontaire ou non pour des expériences
  28. Cochon : pour exprimer la saleté, le manque d’hygiène, la lubricité – quel cochon ! ; une cochonne
  29. Coq : exprimer une fierté masculine mal placée – faire le coq ; fier comme un coq ; combat de coqs
  30. Corbeau : maître chanteur
  31. Corneille : manquer d’attention, rester bouche bée devant des objets (et non des oiseaux) sans intérêt – bayer aux corneilles. Note : de la même manière, bien que la forme bailler aux corneilles puisse se comprendre dans le sens de « faire quelque chose d’aussi niais que de prêter de l’argent aux corneilles », elle est erronée (source : Wiktionary)
  32. Cougar : se dit d’une femme d’un certain âge qui “chasse” les jeunes hommes – une femme cougar
  33. Crabe :
    1. espace constitué de gens peu recommandables prêts à tout – un panier de crabes
    2. cancer – le crabe m’a attrapé
  34. Crapaud : personne vieille – vieux crapaud ; vieux comme un crapaud
  35. Crocodile :
    1. vieil homme grincheux occupant une fonction depuis trop longtemps, un dinosaure – un vieux crocodile
    2. larmes hypocrites – des larmes de crocodile
  36. Dinde : femme un peu niaise, pas finaude – quelle dinde celle-là !
  37. Dindon : qu’on arnaque facilement – le dindon de la farce
  38. Fennec : avoir mauvaise haleine, sentir mauvais – tu sens le fennec !
  39. Fouine, fouiner, fouineur : indiscret, cherche la merde chez les autres – où va-t-il encore fouiner ?
  40. Girafe : expression péjorative pour désigner une grande femme filiforme – grande comme une girafe
  41. Gorille : garde du corps, personne considérée comme pas très intelligente et baraquée
  42. Grue : prostituée, femme de mœurs faciles
  43. Hareng : proxénète
  44. Hérisson : susceptible – ce type est un vrai hérisson
  45. Huître :
    1. Personne peu intelligente : il a le QI (ou la mémoire) d’une huître
    2. Personne refermée sur elle-même : fermé comme une huître
  46. Hyène : équivalent à charognard
  47. Lapin :
    1. homme qui commet un coït rapide – tirer comme un lapin
    2. vulnérabilité – se faire tirer dessus comme un lapin
  48. Lièvre
    1. Mauvaise mémoire – avoir une mémoire de lièvre
    2. Peureux – peureux comme un lièvre
    3. Le premier à signaler un fait significatif ou important, le plus souvent dissimulé, ou à soulever à l’improviste une question embarrassante (source Wiktionary) – lever un lièvre
  49. Linotte : étourdi, écervelé – une tête de linotte
  50. Loup : prédateur – l’homme est un loup pour l’homme
  51. Maître : comme dans le cas de l’esclavage, les animaux ont leur maître
  52. Moineau : avoir une mémoire courte, peu d’intelligence – il.elle a une cervelle de moineau
  53. Morue : compagne, fille moche – comment elle va ta morue ?
  54. Mouche : pour exprimer la mort en grand nombre – les soldats tombaient comme des mouches
  55. Moustique : petit gabarit – petit comme un moustique
  56. Mouton : suiveur, personne de peu de volonté, conventionnalisme – suivre les autres comme des moutons ; moutons de Panurge
  57. Mule :
    1. personne entêtée – une tête de mule
    2. personne qui porte une charge importante – chargé comme une mule
  58. Oie : une oie blanche, jeune fille un peu candide au comportement prude et timide, réfugiée derrière les attentes de son éducation (dictionnaire l’Internaute)
  59. Oiseau :
    1. bizarre, marginal – un drôle d’oiseau
    2. insulte – se faire traiter de tous les noms d’oiseaux
  60. Ours :
    1. ne pas s’avancer avant d’avoir les résultats – vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué
    2. avoir un caractère irascible, solitaire – il a un caractère d’ours
  61. Oursin : radin – il a des oursins dans les poches
  62. Paon : attitude fière et démonstrative – faire le paon
  63. Papillon : qui a peu de constance, qui va d’un projet à l’autre – il papillonne et ne fait rien au bout du compte
  64. Perroquet : qui imite ou répète sans intelligence propre – il répète comme un perroquet ce qu’on lui a dit
  65. Phoque :
    1. homosexuel – pédé comme un phoque
    2. avoir le souffle bruyant – souffler comme un phoque
  66. Pie : bavard – bavard.e comme une pie
  67. Pigeon : une personne qui se fait avoir – se faire pigeonner
  68. Poisson :
    1. Engueuler quelqu’un – il m’a engueulé comme du poisson pourri
    2. Véhicule se rabattant trop vite devant l’autre – une queue de poisson
    3. Faire toujours la même chose, tourner en rond – tourner comme un poisson dans un bocal
  69. Poisson rouge : qui a mauvaise mémoire – une mémoire de poisson rouge
  70. Porc : sale, dégoûtant, sexuellement obsédé – #balancetonporc ; quel porc ce mec !
  71. Porc-épic : personne revêche, homme mal rasé
  72. Poule : nom péjoratif pour une femme – comment elle va sa poule / sa poulette ?
  73. Poulet : flic
  74. Propriétaire : comme dans le cas de l’esclavage, on “possède” les animaux
  75. Putois : sentir très mauvais – puer comme un putois
  76. Rapace : radin, attiré par l’argent
  77. Rat :
    1. radin – ce mec est un vrai rat !
    2. mauvaise odeur – une odeur de rat crevé
  78. Requin : appâté par le gain, monde de la finance, de la politique – une bande de requins
  79. Roquet : personne insultante, hargneuse, mais peu dangereuse
  80. Sagouin (petit singe à queue longue) : personne sale, malpropre – quel sagouin celui-là !
  81. Sangsue : quelqu’un de collant, d’intrusif – ce type est une vraie sangsue !
  82. Sardine : pour désigner l’entassement dans un espace exigu, en référence aux sardines tassées dans les boîtes de conserve – tassés comme des sardines
  83. Sauterelle : nom péjoratif pour une compagne – comment elle va ta sauterelle ?
  84. Sauvage : pour indiquer la barbarie – ils ont fait preuve d’une sauvagerie sans limites
  85. Serpent : pas franc, traître, dangereux, fourbe
  86. Singe :
    1. faire l’idiot – faire le singe
    2. imiter – singer
  87. Taupe : dénonciateur, agent infiltré – il y a une taupe dans nos services
  88. Taureau : faire face à une situation – prendre le taureau par les cornes
  89. Teigne : personne hargneuse, méchante – quelle teigne cette femme !
  90. Thon : fille moche – sortir avec un thon ; y’a que des thons dans cette boîte
  91. Tortue : lent – il conduit comme une tortue
  92. Truie :
    1. pousser des cris stridents et désagréables – gueuler comme une truie
    2. nom péjoratif pour une femme – cette sale truie !
  93. Vache : faire un mauvais coup à quelqu’un, se comporter méchamment – faire une vacherie ; être vache
  94. Vautour : personne attirée par le profit – avant sa mort, les vautours commençaient à tourner autour de l’héritage
  95. Veau : lent, benêt – il avance comme un veau
  96. Ver : personne mal intentionnée, poison – le ver est dans le fruit
  97. Vipère :
    1. personne fourbe et dangereuse – cette femme est une vraie vipère
    2. mettre du poison dans ses propos – avoir une langue de vipère
  98. Zèbre : personne bizarre – un drôle de zèbre

Avez-vous d’autres noms d’animaux en tête ? Partagez-les ici.

jf

There are 12 comments on this post
  1. Tomasi
    mars 04, 2020, 10:56

    Renard : personne rusée et fourbe.

    • mars 04, 2020, 11:07

      Merci 🙂 J’y avais pensé, mais j’ai choisi de ne pas le mettre car on utilise en général cette expression comme une qualité : “Rusé comme un renard”. J’ai listé une petite dizaine de termes positifs que je compte bientôt ajouter à la liste. Ils pèsent malheureusement bien peu comparé à tous les termes péjoratifs.

    • Chris Peytier
      mars 08, 2020, 11:22

      Vautour : personne obsédée par le profit

      • mars 08, 2020, 11:36

        Très juste. Ajouté ! Je viens aussi d’ajouter ‘chameau’.

  2. Valérie
    mars 05, 2020, 8:31

    Puer comme un putois..

  3. Malou
    mars 27, 2020, 7:34

    Bique.
    Une vieille bique. Une femme méchante.
    Spéciste ET misogyne.

  4. Manu
    mai 13, 2021, 2:44

    Corneille : Bailler aux corneilles … ne pas être attentif

    Pigeon : Se faire pigeonner …. se faire avoir

    Porc-épic : Tête de porc-épic ….. Avoir les cheveux ébouriffés

    Moineau : Avoir une cervelle de moineau …. ne pas avoir de cervelle

    Phoque : Avoir une haleine de phoque … sentir mauvais de la bouche

    Oursin : Avoir des oursins dans les poches … être radin

    Hareng : Avoir une tête de hareng.

    Fenec : Avoir une odeur de fenec (Sentir mauvais)

    Boeuf : Être brutal OU transpirer comme un boeuf

    Ablette : Maigre comme une ablette

    Bourrique : Faire tourner en bourrique

    Asticot : “C’est un drole d’asticot”

    Larve : Être sans énergie

    Lièvre : être froussard comme un lièvre

    Huitre : se renfermer comme une huitre …. ne pas vouloir discuter

    Ver : le ver est dans le fruit …. personne mal intentionnée

    Teigne : être mauvais comme une teigne

    Pour Canard il y a aussi : avoir un bec de canard

    Et peux t-on ajouter “Faire une queue de poisson” ???

    • mai 14, 2021, 9:41

      Bonjour Manu, merci pour cette considérable contribution !!! J’ajoute de suite dans l’article !

  5. Nino
    septembre 10, 2021, 1:24

    Sur le cochon!

    “Mais de tous les animaux d’élevage celui qui paie le prix le plus fort, qui est le plus mal traité à tous égards et d’abord linguistiquement, c’est assurément le porc, alias cochon, les deux termes ne sont pas chargés des mêmes connotations exactement mais elles sont toutes fort désobligeantes, comme le sont celles des mots “truie”, “goret” ou “pourceau”: ces animaux sont sales (comme des cochons, et les cochonnes ne valent pas mieux) et ont un sale caractère (de cochon), têtus (une “tête de cochon”), gloutons (“bâfrer comme un porc”), lubriques (un “vieux cochon”…, incapables d’apprécier les bonnes choses (“donner de la confiture à des cochons” comme d’écrire correctement (“une écriture de cochon”), méchants (“jouer un tour de cochon”). Et Jacques Brel d’en rajouter une couche en 1962: “Les bourgeois, c’est comme les cochons. Plus ça devient vieux, plus ça devient bête”. Fort heureusement pour eux, les cochons n’ont plus guère aujourd’hui l’occasion de devenir vieux ni même adultes; étant en outre quasiment tous castrés (à vif) dès la naissance, ils n’ont plus guère l’occasion non plus d’exercer une lubricité naturelle…”

    C’est un extrait de Catherine Kerbrat-Orecchioni, una grande linguiste, specialiste des interactions, de son livre intitulé Nous et les autres animaux, où elle analyse les aspects lingüistique (approche lexicale, argumentative, etc.) des débats actuels. Elle connaît la littérature sur le sujet, et elle analyse tous les discours. Elle l’aborde como linguiste dans les diverses approches (philosophique, éthologique, zoosémiotique…) et montre bien que le spécisme est bel et bien fortement ancré dans l’usage de la langue.

    Elle a bien compris que depuis plusieurs années la question animale, qui demeurait marginale, a pris de l’ampleur et n’est plus considérée comme un écart sentimental, féminin si j’ose dire (les mâles seraient plus rationnels). Et dès qu’elle commence à s’interesser, elle se trouve devant un paradoxe: les animaux ont quasiment disparus de notre environnement quotidien (à l’excepcion des “espèces de compagnes”), la plupart sont entassés à l’abri des regards dans des sorte de bunkers où seuls nous donnent accès quelques témoignages verbaux et visuels, généralement atroces. D’ailleurs, la connaissance même vague des terribles conditions dans lesquelles sont élevés mais aussi mis à mort ces animaux dits “de rente”, jointe a l’évolution des savoirs éthologiques (il est aujourd’hui plus difficile que jamais de considérer ces animaux comme des machines, alors qu’ils n’ont jamais autant été traités comme tels), a aiguisé les sensibilités et éveillé les consciences d’une partie de la population, celle à qui cette réalité a été révélée.
    Nous vivons un moment intéressant. Il y a une irruption de la question animale dans toutes les disciplines: théologie, philosophie et éthique, économie, politique, droit, histoire, anthropologie, ethnographie, sociologie, psychologie… Une sorte de séisme. Et c’est un champ aux allures de champ de bataille, car les controverses théoriques y sont indissociables d’enjeux éthiques et pratiques tout à fait fondamentaux. Bref, la question animale est une chose sérieuse.

    Des munitions pour le combat discursif (en 600 pages)!

    • septembre 15, 2021, 5:54

      Merci beaucoup Nino pour votre témoignage et les références que vous partagez. Je ne peux qu’y souscrire à 1000%. Je crois que la question animale va devenir la plus importante de ce siècle, dès lors que l’on réalisera qu’il n’y a pas de monde futur possible sans une harmonie avec nos frères et sœurs non-humains. Moins pour des raisons purement éthiques que pour de simples raisons de survie des humains sur Terre.

Leave a reply

ON GARDE LE FIL ?
RECEVEZ MA NEWSLETTER
Vos données n'iront pas chez les gros méchants